AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarPrisoners

Date d'inscription : 14/09/2012
Messages : 11



MessageSujet: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Ven 14 Sep - 20:00

Sylvia Eleonore Foks
L'innocence prend toujours l'accent violent de la candeur.


nomprénomâge
FOKS SYLVIA 44 ANS
orientation sexuellestatutgroupe
HETEROMARIEEPRISONERS


LISTS










HORS JEU

Je m'appelle abel et j'ai 16 ans. Je suis un pedobear en puissance, qui aime les sucettes. *pouet* et voilà. LALALALALALA. Je pense que je me connecterai 18/7 jours, et j’accepte de prendre le risque de voir mon personnage se faire laminer laggle dans le jeu Animals et de le soumettre à toute sorte de torture. J'aime mes admins, qui sont à présent mes nouveaux dieux. (a)

PERSONNALITÉ

Comprendre Sylvia, c'est accepter de faire un brusque retour en enfance. C'est faire un effort pour se souvenir de la manière dont on voyait le monde quand on avait 7 ans, qu'on était haut comme trois pommes et une banane et que notre modèle sur Terre c'était le père Noël. Sylvia, c'est une petite fille déguisée en grande personne, une Esther bis mais en moins flippante.

Sylvia est pure, innocente, candide, naïve. A ses yeux, le monde est peuplé de bonnes personnes, de gentilles personnes aux intentions honnêtes. Sylvia reste toujours bouche bée devant la douleur, la méchanceté ou l'horreur, simplement parce qu'elle s'imagine que le monde est foncièrement bon, que personne n'aime faire le mal. Sylvia donne toujours une seconde chance parce qu'elle aime croire dans les hommes comme elle croyait au Père Noël: avec ferveur, force et entêtement. Sylvia pense que l'amour guérit tout et de tout. Sylvia est ce genre de femme, un peu agaçante, qui regarde le monde avec des grands yeux curieux de tout découvrir.

Elle est toujours joyeuse, cette petite femme, toujours en train d'exploser de rire. Elle trouve une occasion de s'amuser de tout, même du pire. Pire qu'optimiste, elle voit toujours les bons côtés de toutes les choses. Elle sourit à longueur de temps, même quand elle est triste ou fatiguée. Elle sourit à la vie, même quand celle-ci fait mal à vouloir crever.

Sylvia est une femme plutôt sage, assez calme et posée. Une femme passionnée par la littérature, une femme qui aime les responsabilités. Elle aime s'occuper des autres, toujours avec ce sourire et ce calme mesuré qui ne la quitte jamais. Parfois, Sylvia redevient une vraie adulte, la tête bien sur les épaules. Elle est indépendante Sylvia, elle veut prouver qu'elle est une grande fille, qu'elle n'a besoin que d'elle même. Elle veut que les autres soient fières d'elle. Parfois, elle se rappelle son âge et elle prend dans ses bras des gamins effrayés par la vie qu'elle a du affronter avant eux. Parfois, Sylvia devient une mère, une sœur, une fille, une confidente, une amie, une épaule sur laquelle on vient pleurer. Parce que Sylvia est vraie, qu'elle aime les autres.

Sylvia a peur de tout un tas de choses. Elle l'avoue elle même, elle est une vraie poule mouillée. Elle a les mêmes peurs irrationnels qu'une enfant. Elle a peur des morts, elle a peur des bêtes, du monstre sous le lit et celui dans le placard. Elle a peur de son ombre parfois, et de celles des autres. Elle est terrifié par toutes ses choses, comme une petite gamine.

Oui, Sylvia est un enfant... un enfant qui se souvient parfois qu'elle a quarante ans.

HISTOIRE



Premièrement: se construire, apprendre à vivre, grandir


    Citation :
    12 MAI 1926
    « Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! »

    « C'est beau ça Mamie. C'est de qui ? »

    « C'est du Baudelaire. Tu vois, je suis en train de lire »

    « Quand je serais grande, je lirais du Baudelaire moi aussi ! Pour faire comme toi ! »

    Sidonie Foks était une grand-mère formidable. Le genre qui vous fait des gâteaux pour le goûter et qui vous lit des classiques de la littérature française pour vous instruire un peu. Sylvia Foks était une petite fille formidable. Le genre qui manges les gâteaux et s'intéresse à la littérature. Oui, ces deux là avaient absolument tout pour être heureuse ensemble, comme une mamie et une petite fille. Le vrai problème, c'est qu'on ne leur as jamais laissés cette chance.

    Citation :
    8 JANVIER1934
    « Dis, Mamie... Pourquoi est-ce que Maman est partie ? Elle ne m'aimait pas assez? »

    « Oh, ma chérie... Qu'est ce que tu racontes, là ? Ta mère t'aimait tellement, tellement plus qu'une mère aime sa fille normalement. Si elle est partie, ce n'est pas parce qu'elle ne t'aimait pas. Non. Quand elle a appris qu'elle était enceinte, ta mère était terrifié, désespérément seule, complétement perdue et surtout très heureuse. Plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été avant. Ta mère n'avait juste pas la force, à 16 ans, de t'élever. Alors je suis allée la voir et je lui ai offert le droit de ne pas tenter d'avoir assez de force pour vous deux. Elle ne voulait pas.. elle t'aimait déjà tellement. Et puis elle s'est rendue compte qu'elle ne pouvait pas t'offrir tout ce qu'elle voulait. Alors elle est partie pour ton bien ma puce. Pas parce qu'elle ne t'aimait pas. »


    Violette Foks était une très jolie jeune fille. Une très jolie jeune fille qui est tombée enceinte à 16 ans. Elle est tombée amoureuse de ce minuscule être qui grandissait dans son ventre. Elle pluerait le lendemain de l'accouchement, elle pleurait de toutes les larmes de son corps quand elle déposa ce minuscule être dans les bras de sa mère. Sylvia remuait faiblement dans les bras de sa grand-mère, fixant avec des grands yeux sa mère qui pleurait. Violette Foks embrassa sa fille sur le front. Puis elle tourna les talons et s'enfuit, gémissant en pensant à sa fille qui grandirait sans parents.

    C'est ainsi que Sylvia fut élevée par ses grand parents. Du plus loin qu'elle s'en souvienne, jamais elle n'en avait voulu à sa mère. Elle avait compris très vite qu'elle avait du faire un choix très dur. Elle avait grandi dans cette très grande maison, à l'est de la ville où tout était un prétexte pour s'amuser. Elle avait passé son enfance à fouiner dans les placards, les recoins et les pièces normalement fermées. Sylvia a eu une enfance fantastique. Une enfance parfaite sous tout les points de vue. Elle avait adorée son entrée à l'école, ses premiers amis, les goûters d'anniversaire et toutes les autres choses qui arrivent aux petites filles qui sont élevés par leur mère.

    Citation :
    21 JUIN 2039
    « Tu veux bien me faire la lecture, chérie ? »

    « Dieu qui voit nos larmes à notre insu, et qui, dans son immuable sérénité, nous semble n'en pas tenir compte, a mis lui-même en nous cette faculté de souffrir pour nous enseigner à ne pas vouloir faire souffrir les autres. »

    « George Sand, "l'Histoire de ma vie" »

    « Exactement ! Qu'est ce que tu es forte Mamie. »

    « C'est normal pour une professeur de français à la retraite, Sylvia. »

    « J'aimerais bien être prof moi aussi, comme toi. Comme ça, j'aurais une bonne excuse pour lire mes livres de français et je pourrais apprendre aux autres comment aimer ces livres fantastiques. »

    « Ce serait fantastique ma chérie. »


    Sidonie tomba malade au début du mois de juin 2039. Une maladie qu'on a quand on est vieux, une maladie qui consume doucement le corps et l'esprit. On l'enferma dans l'hôpital, sous couvert de l'habituel: " C'est pour son bien". La vérité, c'est que l'âme de Sidonie se consumait entre les quatre murs blancs et aseptisés de sa chambre, loin de la poésie, de la vie, des chants et des romans qui arrachent des larmes. Sidonie mourrait à cause du manque. Alors pour maintenir celle qui lui avait tout appris en vie, Sylvia venait tout les jours lui lire un bout de quelque chose pour remettre un peu de baume dans son bien. Sylvia lisait inlassablement, ses petits yeux fatigués, voyant sa grand mère mourir lentement. Pourtant la jeune fille continuait parce que c'était son devoir, parce que la femme dans ce lit aurait sacrifié son temps de la même façon si les rôles avaient été inversés. Sylvia payait sa dette envers cette dame de lettre qui lui avait appris la vie. Sylvia payait, parce qu'elle avait compris que c'était sa dernière occasion de le faire.

    Citation :
    13 SEPTEMBRE 2039
    « Heure du décès: 13H56. »





Deuxièmement:maudire, gémir, survivre


Sylvia se retrouva seule avec son grand-père, Antoine, une immense bibliothèque et beaucoup de chagrin. Alors qu'elle n'avait jamais pleuré sa mère, elle versa des torrents de larmes en souvenir de sa mamie, celle qui l'avait fait devenir ce qu'elle était. Elle s'éloigna de ses amis, des gens qui voulaient l'aider, ne trouvant de réconfort qu'auprès de son grand père avec qui elle partageait de longs moments de recueillements silencieux. Elle ne vivait que pour ça, ces parenthèses de silence, ces regards pleins de douleur qu'elle échangeait avec lui. Parce que pendant un instant, personne ne lui posaient de main réconfortante sur l'épaule. Personne n'avait de compassion gênant à son égard. Personne ne la serrait dans ses bras. Elle était seule, libre d'exprimer comme elle le souhaitait son chagrin. Dans ses moments, elle ne pleurait pas, elle fermait les yeux pour se rappeler et voilà tout.

Le deuil fut long, insupportable, intolérable. Sylvia aurait voulu trouver le responsable de la malchance qui l'a frappé, pour quelle raison quelqu'un s'amusait-il à faire de sa vie une suite misérable d'abandon. Abandon de son père, de sa mère, de sa grand-mère. Après de nombreux mois, elle parvint enfin à refaire face à la vie, résolue à la vivre en hommage à elle.

Citation :
15 OCTOBRE 2042
« Et toi Sylvia,t u veux faire quoi plus tard ? »

« Prof de français. »

« Ah ouais ? C'est bizarre ! »

« Si tu le dis. »


Les années passèrent, Sylvia les laissa filer sans s'en soucier. Tout son esprit était concentré sur son objectif. Reprendre le flambeau de sa grand mère, faire honneur. Les choses s'enchaînèrent naturellement, comme si la jeune femme était passé en mode "automatique". Lycée, premier baiser, première L, première fois, terminale L, bac, fac. Le temps qui passait guérissait Sylvia de son mal-être, ça et la sensation de faire quelque chose de bien. Elle redevint peu à peu une fille sociable, souriante, drôle, maligne et innocente. Un cercle d'amis se reforma autour d'elle pendant sa première année de fac, tous de futurs professeurs, comme elle. Ils discutaient des mêmes choses, avaient les mêmes idéaux et espérances, citant Flaubert à chaque fin de phrases. Elle se sentait bien, apaisée, épanouie, dans son élément.

Citation :
19 AVRIL 2044
« Dis moi, tu crois au coup de foudre où il faut encore que je repasse devant toi ? »


Chris Graybay avait des phrases d'approches un peu étrange mais il était souriant, drôle, beau et intelligent. Alors Sylvia tomba sous son charme, en bonne rêveuse et fleur bleue biberonnait aux contes merveilleux. Ils faisaient les mêmes études, fréquentaient les mêmes endroits. Il fallut exactement treize secondes à Sylvia pour tomber follement amoureuse de ce garçon un peu maladroit et étrange. Pour lui avouer, ce fut une autre affaire...
Ils se mirent ensemble au bout de plusieurs mois. Ils avaient 18 et 19 ans, ils étaient jeunes, heureux et amoureux. L'année d'après, sur un coup de tête, ils se marièrent. Leur couple dura 3 ans jusqu'à exploser en des milliers de morceaux parce que voilà, ils s'étaient tout deux lassés. Sylvia achevait tout juste ses études et elle entrait dans le monde professionnelle le cœur brisée.
Sa vie amoureuse devint alors un bordel sans nom, où enchaînant histoires d'un soir et pseudo histoires sérieuses, Sylvia commençait sérieusement à se dire qu'elle finirait seule. Puis elle en trouva un nouveau, d'une dizaine d'années plus vieux qu'elle. Elle avait 26 ans, il en avait 36 et était déjà encombré de trois enfants. Pourtant elle s'en fichait, elle l'aimait quand même. Il se marièrent rapidement et divorcèrent encore plus vite. Sylvia n'avait plus rien à faire du chantier qu'était devenue sa vie personnelle, enchantée par sa vie professionnelle, enseignant le français à Détroit dans une classe de lycée. Oui, Sylvia était heureuse. Plus ou moins. Et elle le fut durant de nombreuses années. Jusqu'à ce qu'il entre dans sa vie.




Troisièmement: tout détruire


Huit ans avaient passés. Sylvia avait à présent 34 ans. Elle enseignait toujours avec la même ferveur et sa vie sentimental n'avais pas beaucoup changée, restant le même bordel apocalyptique qu'à l'aube de son second divorce. Oui mais Sylvia, du haut de ses 8 ans d'âge mental, elle était quand même heureuse. Elle se contentait de cela avec une gaieté personnelle et presque agaçante.

Et puis le drame survint, une nuit froide de l'année 2060, à un diner organisée par une amie de Sylvia. C'est elle qui lui présenta Soren Clarks, un acteur de théâtre qui avait déjà fait une ou deux petites pièces avec un succès relatif. Soren était le genre de garçon à parler avec des étoiles dans les yeux de sa passion. Il était le genre à parler d'étoiles, d'amour, de grands voyages et de transe créative. Il était à la fois bon garçon et une sorte d'artiste bohémien charmant. Charmant, c'était le juste mot. Il était charmant, comme l'est le Prince des Contes. Alors bien sûr, comme à chaque fois qu'un homme lui parlait d'amour et d'étoiles, Sylvia tomba follement amoureuse de lui. Mais pour une fois, elle ne se précipita pas. Ses échecs précédents avaient presque réussis à lui enseignait la pondération.Alors elle patienta, attendant qu'il fasse le premier pas. elle patienta comme une adolescente patiente tout la journée devant le téléphone. Ce fut dur pour elle, mais deux jours plus tard, elle eut atteint son objectif.

Citation :
23 NOVEMBRE 2060
« Hum... Sylvia ? C'est Talia qui m'a donnait votre numéro... J'espère que ça ne vous dérange pas que je l'ai ? Enfin... euh... je voulais savoir si vous.. »

« Un cinéma, mardi soir, ça vous dit ? »


Sylvia fut patiente, vraiment. Elle attendit un an de relation sérieuse, une dizaine de "je t'aime", une centaine de sorties et tout un tas de preuves d'amour avant de déménager chez Soren, vendant son mignon appartement. Ils vivaient tout les deux dans ce cocon d'amour et de tendresse, ne laissant pas la vie les séparer. Tant pis si Sylvia devait faire des heures supplémentaires, tant pis si Soren n'avait pas beaucoup de succès. Tout ça, ça n'avait aucune sorte d'importance, parce qu'ils s'aimaient plus que tout. Ils construisirent péniblement une vie à deux stable, avec sa routine et ses habitudes. Ils commençaient même à s'imaginer avoir un ou deux enfants. A deux, ils étaient plus forts, ils pourraient tout affronter. C'était tout du moins ce qu'ils pensaient...


Citation :
10 SEPTEMBRE 2063
« Sylvia, qu'est ce qu'il se passe ? C'était qui au téléphone ? Pourquoi tu fais cette tête ? »

« C'est.. c'est mon grand-père.. Il est mort. »

Antoine s'est éteint longtemps après sa femme. Il eut une vie bien rempli, une vie heureuse, une vie paisible. Sylvia venait le voir toutes les semaines, le mercredi. Le voir partir, 24 ans après sa grand-mère, c'était terrible. Elle était à présent orpheline de père, de mère, de maman et de papa. Elle était la dernière des Foks encore en vie à Détroit. Elle se sentait terriblement seule, même si Soren était là. Alors qu'elle finissait enfin son deuil, la voilà forcée à assister à un deuxième enterrement, obligée de prononcer un long discours où elle explique pourquoi elle aime autant son grand-père. Sylvia détestait la vie, la mort, ces deux impitoyables sœurs qui s'acharnaient sur elle.
Après l'enterrement, elle appris qu'elle était l'unique héritière de tout les biens de Sidonie et Antoine Foks. Elle se retrouvait avec tout les livres de sa grand-mère, les disques de son grand-père, leurs vêtements et tout le reste, leur maison et même la vieille voiture. De tout ça, elle ne conserva que ce qui avait à ses yeux, une vraie valeur sentimentale. Quelques livres, ceux grâce auxquels elle avait appris à lire et ceux qu'elle avait lue à sa grand-mère. Quelques disques, ce qui l'avait aidé à s'endormir. Quelques vêtements, ceux qu'elle pourrait porter pour ce souvenir d'eux. La voiture, parce qu'elle était trop belle et trop imprégné d'eux pour qu'elle la vende. Un ou deux colliers, des boucles d'oreilles, bagues et bracelets. Tout le reste, le linge de maison, les meubles, l'argenterie et la vaisselle, tout ce qui l'encombrait et la faisait souffrir, elle le donna ou le vendit. L'argent , l'héritage, elle n'en fit rien. Elle le garda sur un compte. Elle pensait à l'époque qu'avec ça, elle et Soren pourraient s'en sortir jusqu'à ce qu'il devienne une célébrité. Grand mal lui en prit.

Soren n'arrivait pas à avoir du succès. Il n'était pas nul, non, mais des hommes comme lui à Détroit, il y en avait des tas. Alors il vivait aux crochets de sa fiancée, dépensant l'argent de son héritage pour vivre. Soren n'aimait pas cette situation. Lui, il avait été élevé dans l'idée que c'était l'homme qui se devait de subvenir aux besoins, et non le contraire. C'est pourquoi il commença discrètement à prendre un peu de l'argent de Sylvia pour aller le jouer au casino, rêvant au jour où empocherait le gros lot, celui qui leur permettrait de cesser de travailler et de vivre heureux jusqu'à la fin de leurs jours. Le temps passait et Soren jouait toujours. Oh, il gagnait parfois de petites sommes. Mais il s'empressait de les rejouer pour doubler la mise. Finalement, il perdait toujours, des sommes allant de quelques dizaines de dollars à deux ou trois milliers. Tout les mois, ses pertes augmentaient sans jamais que le chiffre des gains n'évolue. Sylvia, au bout de quelques mois, reçut une lettre de la banque. Selon celle-ci, elle avait une montagne de dettes et des factures impayés. Perplexe, elle demanda des explications. Explications que Soren ne put s'empêcher de donner.

Citation :
15 MAI 2064
« Chérie, je t'en prie, calme toi... »

« QUE JE RESTE CALME ? Comment veux-tu que je reste calme ? Tu as dilapidé la moitié de mon héritage, si ce n'est plus, dans des jeux d'argents ! Tu m'a menti en me disant que tu avais un travail, que tu t'occupais du loyer et des factures. Maintenant, nous avons une somme colossal d'argent à rendre, plus un sou et un seul salaire. Comment allons nous faire ? »

« Je... j'ai une idée. Écoute moi s'il te plait... »

Cambrioler une supérette. L'idée était horriblement malhonnête et contre la plupart de ses principes, mais c'était le seul moyen pour obtenir autant d'argent en si peu de temps. Ils avaient ce qui ressemblait à un plan, tout du moins à l'esquisse d'un plan. Aucuns d'eux n'avaient d'armes. Ils s'introduiraient dans une petite surface, loin de leurs domicile, pendant la nuit. Ils ne voulaient faire de mal à personne. Ils voulaient juste entrer, prendre quelques billets dans une des caisses, puis s'enfuir. Soren serra la main de Sylvia. Ils avancèrent dans la nuit, en direction de la porte arrière du commerce. Soren en cassa le verrou, non sans quelques difficultés. Ils retinrent leur souffle et s'engouffrèrent à l'intérieur.

Le magasin était désert. Il y avait trois caisses. Chacun d'eux s'assit derrière l'une d'entre elles. Ils avaient pris les clés dans le bureau du propriétaire. Ils ouvrirent les caisses et commencèrent à compter l'argent. Ils avaient besoin d'une somme très précise, ni plus, ni moins. En dénombrant les billets, Sylvia songea à se qui se passerait s'ils se faisaient prendre. Elle connaissait la peine. Elle savait que dans cette période de crise, ils iraient forcément en prison. Elle en était consciente. Ils prendraient entre 5 et 15 ans de prison. Ses mains tremblaient un peu.Elle finit de compter ses billets. Il y avait là, en petites coupures, près de 500 dollars. Elle se sentait atrocement coupable de voler cette argent à ces inconnus qui en aurait sûrement autant besoin qu'elle. Peut-être était-elle en train de détruire une vie en essayant de reconstruire la sienne. Alors qu'elle pensait à tout cela, elle entendit Soren lui criait de s'enfuir. Les sirènes des voitures de police hurlaient à l'extérieur et de violentes lumière blanches lui éclairaient le visage. En réfléchissant bien, elle se contentait peut-être de détruire la sa propre existence.

Citation :
20 MAI 2064
« Mademoiselle Foks. Vous reconnaissez donc, devant cette cours, avoir cambrioler ce commerce dans la nuit du 15 mai 2064, avec votre compagnon, Monsieur Soren Clarks. »

« Oui. »

« Et devant cette cours, acceptez vous également votre peine de dix années de détention pour ce crime ? »

« Oui. »

« Concernant Mr Clarks, acceptez vous d'abandonner toutes procédures contre le policier qui lui a tiré dessus, plongeant votre compagnon dans le coma ? »

« Oui. »

« Acceptez vous qu'il soit placé dans un centre de soins adapté, sachant qu'il reste aux yeux de la loi un criminel et que durant la période de votre emprisonnement,l'état de Détroit sera le seul responsable de Mr Clarks ? »

« Oui. »

« Vous pouvez l'amener. »

_______







"SYLVIA E. FOKS"
feat "HELENA BONHAM CARTER"
© tumblr




Dernière édition par Sylvia E. Foks le Sam 29 Sep - 17:19, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 02/09/2012
Messages : 43



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Ven 14 Sep - 20:02

Punaise ton avatar :yeah:
Re-bienvenue :huhu:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Wendy ✝️ When she was just a girl, she expected the world. But it flew away from her reach so, she ran away in her sleep and dreamed of Paradise every time she closed her eyes hellsangels


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGovernment

Date d'inscription : 01/09/2012
Messages : 127



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Ven 14 Sep - 20:09

I LOVE U :gnut:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



...Bitch, I'm fucking seksy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 26/07/2012
Messages : 150



Who am i ?
Groupe: Prisoners
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Ven 14 Sep - 20:41

HBC :die:
re-bienvenue ! :huhu:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


    DENIAL.ANGER.BARGAIN.DESPAIR.
    A C C E P T A N C E.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 14/09/2012
Messages : 11



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 15 Sep - 7:17

MARCI A VOUS 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 05/07/2012
Messages : 100



Who am i ?
Groupe: Prisoners
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 15 Sep - 7:48

Abel ça me dit quelque chose :hm:
Mais sinon... Super choix de pv, bienvenue ma belle :yeah:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
THEY SAY LIFE'S NEVER FAIR When I look at you, look at us, the way it ended... I understand that sentence more than ever. How did we end up here little sister ? I can't believe it would be God's will. Must be the irony of what they call fate, karma, whatever ? The Lord says I should forgive you. Maybe I do, I never really realised since that day. HOW COULD WE FUCK IT UP SO MUCH ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 25/05/2012
Messages : 737



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 16 Sep - 19:08

Nyaaaah j'avais po vu !!! *0*

REWELCOME !!! :love:
Comme d'hab, si t'as des questions n'hésite po !! :brosign:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A choice between my body and my soul,
choose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 14/09/2012
Messages : 11



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Mer 26 Sep - 15:49

Quelques nouvelles de ma fiche.
La dernière partie avance bien, désolée de traîner comme ça mais je vais tenter de la boucler dans la soirée **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 25/05/2012
Messages : 737



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Mer 26 Sep - 16:00

super !! **
Si tu finis ce soir ce sera juste à temps avant le début des festivités des Animals !!! OwO

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A choice between my body and my soul,
choose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 14/09/2012
Messages : 11



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 29 Sep - 17:21

WAZA !
J'ai fini ( enfin, vous avez le droit de le dire ) !
Je vous laisse seul juge *3*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 04/09/2012
Messages : 101



Who am i ?
Groupe: Prisoners
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 29 Sep - 18:01


J'adore :yeah:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Asha Jenn Parker
« L'homme est un animal raisonnable. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 14/09/2012
Messages : 11



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 29 Sep - 18:04

Merci ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGovernment

Date d'inscription : 01/09/2012
Messages : 127



MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Sam 29 Sep - 19:28

De tout nos PV, je crois que c'est Sylvia que je préfère :brille2: j'aime beaucoup la manière dont tu t'es approprié le personnage :love: !!!

TU ES VALIDÉ(E)

Félicitation et bienvenue sur Animals !
Maintenant que ta fiche a été validée, le staff va se charger de te donner ta couleur et ton rang. Il te reste à présent à recenser ton avatar dans le bottin des avatars ici, puis nous indiquer s'il s'agit d'un multicomptes (deuxième ou troisième personnage sur le forum) ici. Une fois fait, tu pourras t'occuper de ta fiche de liens ici et ton almanach des rp ici. Pour toute question le staff est à ta disposition par mp ou sur la box si l'un de nous est connecté.

On te souhaite un bon amusement sur le forum ! A très bientôt ! :heart:



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



...Bitch, I'm fucking seksy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 31/08/2012
Messages : 42



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 30 Sep - 9:59

OWI *W*

J'aimerais savoir s'il est possible pour moi de participer aux Animals en tant que joueur, sachant que j'ai bien fait attention de ne rien lire en rapport avec ça avec Noah qui est dans le groupe spectateur. Je sais que je suis un peu chiante et je comprendrais si vous n'acceptiez pas :)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 24/09/2012
Messages : 59



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 30 Sep - 11:00

Je vais pas dire (re)bienvenue vu que t'étais là avant moi, mais congrats pour ta fiche, elle dépote du tonnerre :yeah:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
I've got my anger growling deep inside, it's an ocean and I oughta let it flow, though my fists won't ever leave my side, it keeps roaring and I'm never letting go
fiche ; liens ; rps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 25/05/2012
Messages : 737



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 30 Sep - 12:22

Je pense que c’est un peu tard pour que tu puisses participer aux Animals. Les spectateurs ont quand même eu toutes les informations capitales du jeu, ce serait assez injuste pour les autres que tu partes avec une telle longueur d'avance. :hm: je n'y avais pas pensé jusque là mais avec les info qu'on a divulguées aux spectateurs hier (et auxquelles tu as pu avoir accès avec Noah après je pense qu'on peut te faire confiance si tu dis n'avoir rien lu) ça le fait pas selon moi. :hm:
J'en parle quand même à Neo.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A choice between my body and my soul,
choose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 31/08/2012
Messages : 42



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 30 Sep - 12:28

D'acc, pas de problème, je comprends :)

Merci Fred, c'est trop gentil **

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 25/05/2012
Messages : 737



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   Dim 30 Sep - 12:33

Attends laisse moi quand même voir ça avec Lauw. :huhu: rien n’est décidé.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A choice between my body and my soul,
choose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan   

Revenir en haut Aller en bas
 

SYLVIA ▬ Syndrome de Peter Pan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» syndrome Peter Pan...
» Le syndrome Célestin
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Retep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANIMALS ::  :: Présentations :: Fiches validées-