AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarCitizens

Date d'inscription : 29/08/2012
Messages : 76



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Jeu 30 Aoû - 23:37

Je bosse, et j'aime pas ça, aujourd'hui. J'ai qu'aux plus chiants de mes patients. Un ex-alcoolique, un homme qui fait des rêves érotiques gays et qui s'en inquiète, lui est plutôt marrant, une femme qui veut combattre sa phobie de la mort depuis qu'elle a le cancer... Totalement ridicule comme peur, c'est avoir peur de ce qui se passera après notre disparition, je tiens ça d'un film, ce qui est tout aussi stupide, mais bon... Enfin, pas que j'aime pas aider les gens, c'est juste que j'ai plus la tête à ça depuis mon enlèvement. La torture, ça vous change un homme... Mais ça, ça semble logique...

Quelle journée... Il se fait tard, et j'ai bien envie d'oublier les problèmes de mes patients... L'East Side me semble une bonne idée. Je choisis un pub au hasard, comme à mon habitude. J'ai jamais été dans celui-ci... J'arrive au comptoir et pose mon derrière sur un tabouret, encore au hasard, évidemment. Un air d'AC/DC qui passe, ça m'plait bien, j'reviendrai peut-être si les boissons sont au niveau de la musique. Et là, je repense à cet idiot qui m'a parlé de ses problèmes depuis qu'il a arrêté de boire... Avec un client pareil, j'ai presque envie de lui tendre du rhum pour qu'il arrête de parler de choses aussi banales... "Ma femme me trompe, j'en suis sûr", tu m'étonne, j'me la suis tapée hier soir... Enfin, j'arrive à l'oublier et fais signe au barman. Je jette un rapide coup d’œil à la carte le temps qu'il vienne, mais mes yeux tombent directement sur ce qui m'intéresse, un Redbreast 18 ans d'âge, l'un des meilleurs whisky irlandais que je connaisse, et j'en connais pas mal... Une fois le barman près de moi, je lui passe commande:

Un Redbreast 18 ans d'âge, sans glaçons, s'il vous plait

Comme par magie, AC/DC laisse place à Flogging Molly, du rock irlandais, avec du whisky irlandais. Je m'sens au pays de mes ancêtres, et ça fait du bien. Presque autant que de m'faire une femme. Je regarde alors le barman et, d'instinct, j'lui sort simplement:

Vous aussi, vous aimez le whisky, j'me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 08/07/2012
Messages : 121



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Dim 2 Sep - 17:33

La nuit tombe, mon shift va toucher à sa fin. Noah ne devrait pas tarder pour prendre la relève. Enfin, s’il n’est pas en retard, ce dont il a la fâcheuse habitude… Remarque, je ne peux pas lui jeter la pierre, Pierre. Après tout, quand c’est pas lui qui traîne le pied pour venir au boulot, c’est moi. Et quand c’est pas moi qui le supplie de me remplacer, c’est lui. Et vice et versa. C’est tellement le bordel que même moi je commence à ne plus être très sûr de quel jumeau je suis censé être… Bon, les deux verres de whisky que je me suis enfilés en douce quand le patron avait le dos tourné doivent jouer un peu, aussi. Il me faut bien ça, surtout ce soir, car l’ambiance, c’est pas tip top. C’est le milieu de la semaine, seuls les habituels poivrots dépressifs et/ou clochards peuplent le bar. Il y a bien quelques paumés, ne connaissant pas l’endroit, qui viennent tenter leur chance, mais quand ils voient où ils viennent de débarouler, ils se contentent de commander un verre (question de politesse, ça existe encore, si si), de le drainer rapidement et de se faire aussitôt la malle.

Tiens, d’ailleurs, en voilà un, de paumé. Vingt dieux, il en tire une tête. Avec une tronche d’enterrement pareil, il doit être croquemort, je vois que ça… Ou présentateur de télé-achat, là c’est sûr que je comprendrais la déprime qu’il vient céans noyer dans l’alcool. Des comme lui, j’en vois par dizaines derrière ce bar, et des nouveaux chaque semaine. Pauvre de moi. C’est sûr que c’est pas dans ce rade que je pourrais voir débarquer des troupeaux de créatures chaque soir que dieu fait.
Pourtant, lorsqu’il m’interpelle, je mets mon masque de bon commerçant, sourire aux lèvres, tchatche et tout ce qu’il faut. Il me commande un whisky, ni plus ni moins qu’un des, voire le meilleur qu’on ait à la carte. Il m’est déjà plus sympathique, ce garçon.
« Excellent choix. Et vous avez de la chance, il nous reste plus qu’une bouteille. »
Il faut dire mon connaisseur de patron pense que la crème du whisky s’arrête au Jack Daniel’s, alors quand il s’agit de faire le stock, monsieur a ses priorités. Quel con. C’est un bourbon.
« Ça fait du bien de tomber sur quelqu’un qui s’y connait, parce que croyez-moi, ici, c’est loin d’être tous les jours. »
Je ne sais si sa dernière réflexion est une déduction à notre court échange, ou si mon haleine m’a trahi. Je me détourne quelques secondes et mets ma main devant ma bouche pour la sentir, discrétos, l’air de rien. J’ai pas l’impression de tant refouler du goulot que ça… Bon, allez, tant qu’à faire, je jette un coup d’œil alentours, vérifiant que mon patron n’est pas dans le coin, et quand je m’en suis assuré, je me sers un petit fond de verre et le siffle en vitesse. Puis je me retourne vers l’amateur d’irish, et lance, goguenard :
« On ne peut rien vous cacher ! Ça se voit… sent… tant que ça ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« The days are bright and filled with pain. Enclose me in your gentle rain. The time you ran was too insane, We'll meet again, we'll meet again. Oh tell me where your freedom lies, The streets are fields that never die. Deliver me from reasons why You'd rather cry, I'd rather fly. »
O Brother
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 29/08/2012
Messages : 76



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Lun 3 Sep - 23:05

Il reste une bouteille, et j'en remercie le ciel, le patron ne doit pas être le plus grand connaisseur de whisky du monde, sinon il en aurait plus que ça... Puis il dit que ça fait du bien de voir quelqu'un qui s'y connaissait, et j'étais plutôt d'accord avec lui, ça court pas vraiment les rues, les gens cultivés, et encore moins en bon whisky... Puis, suite à ma remarque, il se retourne, sûrement pour sentir son haleine, il a bu, mais je n'ai rien senti du tout, j'ai juste vu. Sa manière de parler, de bouger, ce type profite de son job pour boire, et il a bien raison. Et vu sa remarque, il est inévitable que lui aussi apprécie le whisky. Je réponds à sa question, le plus simplement du monde, en souriant:

Non, c'est juste mon job, les autres ne remarqueraient rien, c'est bien plus que probable...

Je savoure une gorgée de ce merveilleux nectar des dieux. Je suis bien content de m'occuper des gens les plus riches de cette ville, ainsi je vis dans le plus grand luxe qui soit permis pour un psychologue. Bien que les risques soient bien présents, eux aussi, mais je m'en fout, je dois servir mon pays, et m'enrichir afin de pouvoir avaler ce genre de miracles.... Bref, je bois une gorgée en fermant les yeux, quoi. Puis je reviens doucement à moi et dit en regardant le barman:

Magique, n'est-ce pas? Je prendrai toute la bouteille, sans ce que vous avez pris, et dites à votre patron que je reviendrai s'il en recommande, en précisant que j'aime dépenser mon argent pour ce genre de boisson et que je suis plutôt aisé, financièrement...

J'espère vraiment que son patron acceptera, j'en ai encore vu ailleurs, de ce whisky, qui est pourtant mon préféré... Quel dommage que les gens du coin soient si peu au courant de ce qu'est le whisky, le vrai... J'aime vraiment ce bar, bon whisky, bonne musique, même si l'ambiance ne semble pas à son comble, ça doit être parce qu'on est au milieu de la semaine, les gens travaillent le lendemain, moi aussi d'ailleurs, mais j'm'en fout, j'suis mon propre patron, je risque pas de me renvoyer...

En regardant autour de moi, je ne vois même rien de vraiment intéressant, en espérant qu'une belle femme apparaisse à un moment ou un autre, j'ai tellement envie de... Enfin, soit, ça ne regarde que moi. Puis, vu comme vont les choses, je vais passer un bon bout de ma soirée ici, donc autant penser à m'amuser un peu avant de draguer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 04/09/2012
Messages : 101



Who am i ?
Groupe: Prisoners
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Mer 5 Sep - 20:03

Détroit, Détroit chérie... ville de mon cœur.

Ses putains, ses dealers, ses ruelles sordides et ses bars. De quoi réjouir n'importe quel homme. Et pour moi, de quoi jouer des heures. Car les hommes sont ma drogue. Les bars, mon terrain de jeu. Même si je préfère parfois me lancer le défi de draguer n'importe qui dans une file d'attente ou au passage piéton d'une avenue, le flirt facile dans les bars est terriblement excitant aussi. Tant de filles, toutes là pour la même chose, et qui se battent pour les mêmes proies. Tant de possibilités, tant de risques et de vices. Et puis parfois aussi, la possibilité d'oublier. Oublier la mort de mon frère, et oublier que je ne serais jamais tout à fait libre. Quoi que je fasse, je ne reverrais jamais Elliot. Et quoi que je fasse, je serais toujours en fuite.

J'entre dans le bar. L'un de mes préférés, le Old Fat Cat. Une ambiance à l'irlandaise : du bon rock et du vieux whisky. Ou pas si vieux que ça, le patron n'a pas l'air d'être un fin connaisseur en la matière. Ou alors il préfère le bon marché, ce qui s'achète pas trop cher en vrac, se revend facilement au client amateur, et qui saoule correctement. Ni trop vite, ni trop lentement. Il faut le temps à l’appât d'acheter plusieurs consommations, mais pas celui de se lasser et de changer de bar. J'ai passé deux ans en prison, puis trois dans une ferme paumée, mais la psychologie des piliers de comptoir, ce n'est pas un savoir qui se perd. Ce n'est pas quelque chose qui change. Et c'est bon de voir que certaines choses ne changent jamais.

Comme cet homme, là-bas, qui discute avec le barman. Il a commandé une bouteille chère, une marque pas très connue. Il est friqué, mais pas trop. Les gens trop riches ne fréquentent pas ce genre d'endroit, ils ont peur. Je m'approche, slalomant entre les tables pour ne pas avoir l'air de repérer ma proie trop vite. Le barman ne me connaît pas vraiment, mais il m'a déjà vu ici plusieurs soirs de suite. Avec des hommes différents à chaque fois. Je repars avec eux, mais je ne les tue pas. Je ne sais pas pourquoi. Je profite de quelques heures avec eux, moi en manque d'affection, en mal d'amour, eux seulement sous le charme de mes grands yeux bleus. Et sans doute aussi, attirés par ce qu'ils devinent sous ma petite robe rouge, à peine décolletée, parfaitement ajustée.

A mesure que je me rapproche des deux hommes, une idée naît dans mon esprit. Ce soir, j'ai vraiment envie de jouer. J'espère, ô j'espère, qu'eux aussi...

Bonsoir messieurs.

Je leur adresse un sourire, mais je ne m'assois pas tout de suite sur le tabouret libre à côté d'eux. Je lance le jeu d'abord, d'une voix amusée. Attaquer tout de suite avec un ton sensuel pourrait les rebuter alors je préfère jouer le rôle de la femme-enfant, c'est plus original.

Dites-moi, vous avez l'air de vous y connaître... Lequel de vous deux saura me conseiller le meilleur whisky ? Ce soir j'ai envie de me saouler avec quelque chose de vraiment bon.

Ne jamais douter que deux hommes en présence d'une seule femme vont résister longtemps à se provoquer en duel.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Asha Jenn Parker
« L'homme est un animal raisonnable. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 08/07/2012
Messages : 121



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Jeu 6 Sep - 17:45

Je hausse un sourcil intrigué. Son job ? J’ai maintenant la désagréable sensation d’être passé au scanner, d’être un cobaye, ou que sais-je. Mais je me cache derrière un petit rire.
« Ah ouais ? Vous êtes profiler, ou… mentaliste ? Comme le moche, là, dans cette vieille série du début de millénaire ? »
Je pose le verre que j’étais en train d’essuyer et lui jette une œillade entendue.
« Sans vous offenser, bien entendu ! »
Bien entendu. Encore que ce ne soit pas l’envie qui manque, de le charrier un peu. Il y a un petit quelque chose de hautain chez lui qui ne demande qui me fait légèrement tiquer. Cela ne fait que se confirmer lorsqu’il ne se gêne pas pour préciser qu’il est quelqu’un d’aisé. Ah ouais, comme ça, gratos ? D’accord, il n’est pas vraiment antipathique, dire ça serait un peu hypocrite de ma part. Mais c’est plus fort que moi. Ce genre de personnes, j’ai du mal à m’empêcher de les asticoter.
« Ah m’sieur ! Si seulement c’était moi qui décidais, c’est tout juste si on ne servirait pas que ça. Encore que la confection de cocktails me manquerait quelque peu. »
Je hausse les épaules.
« De toutes façons, un type comme vous, aisé, et tout et tout… Pourquoi vous reviendriez dans un rade pareil, hein, entre nous ? »
Faut pas se leurrer non plus. Y’a des endroits qui envoient quand même plus de rêve que l’Old Fat Cat, avec ses vitres crasseuses et son parquet collant. Mon patron me tuerait s’il me surprenait à ne serait-ce qu’esquiver une demie-manœuvre de dissuasion de clientèle telle que je viens de le faire. Mais je crois que ce serait encore pire si je lui suggérais une petite modification à la carte des boissons ; il m’en percerait carrément un deuxième trou du…

Ah ? Que vois-je ? C’est que l’ambiance devient tout de suite beaucoup plus intéressante, songé-je en suivant des yeux la marche de la jeune femme qui vient d’entrer dans le bar. Son visage me dit quelque chose. Réfléchissons… Je crois qu’elle est déjà venue de temps en temps, mais je n’y ai pas prêté plus attention que ça. Étrange, pourtant ; avec une carrosserie pareille, elle passe difficilement inaperçu. Ah, j’y suis : c’est la première fois qu’elle vient seule, tout s’explique. En effet, je l’ai toujours vue accompagnée, et jamais du même mec. Joueuse ? Veuve noire ? Chasseuse de tête ? Cela m’intrigue, et je compte bien profiter de sa soirée de solitude pour en savoir plus.
Aussi suis-je plutôt satisfait lorsqu’elle se dirige franchement vers le bar, prenant la parole d’un ton de voix qui me semble bien inattendu venant d’une femme comme elle. De plus, elle choisit de s’adresser non pas seulement à moi, le barman, mais également à notre connaisseur de whisky de service. Alerte à l’Hélène de Troie ! Alors comme ça, t’es de ce genre-là, la miss ? Intéressant.
Je ne laisse pas le temps au coq adverse de relever sa crête, je prends les devants.
« Hé ben, miss, si je ne pouvais pas conseiller les clients, alors je ferais un bien piètre barman ! Dites-moi ce qui vous ferait plaisir… Blended ? Bourbon ? Grain ? Malt ? Malheureusement, nous n’avons plus de pure pot still, monsieur ici ayant acheté la dernière bouteille. Mais il me reste un Glenfiddich de douze ans qui vous irait parfaitement au teint. »
Je sors la bouteille en question et la laisse l’observer.
« Si j’osais, je vous dirais de me faire confiance les yeux fermés, » ajouté-je, me permettant un presque imperceptible clin d’œil.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« The days are bright and filled with pain. Enclose me in your gentle rain. The time you ran was too insane, We'll meet again, we'll meet again. Oh tell me where your freedom lies, The streets are fields that never die. Deliver me from reasons why You'd rather cry, I'd rather fly. »
O Brother
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCitizens

Date d'inscription : 29/08/2012
Messages : 76



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Mar 11 Sep - 21:42

Il s'amuse à m'emmerder en plus. C'est de bonne guerre, j'ai sous-entendu sans le vouloir que j'étais meilleur que lui. Ou du moins un meilleur psy que je ne l'suis... Enfin, c'était pas méchant, il précise bien que c'est sans vouloir m'offenser. Je répond alors avec un ton un peu idiot:

Non, pas exactement, j'suis plus beau..

Je blague, évidemment, mais je ne lui dis pas, il est assez intelligent que pour le comprendre tout seul, je pense... puis il continue à me chercher, j'ai encore été un peu arrogant, ça m'arrive souvent, hélas, mais au moins, je m'en rend compte. Il me demande pourquoi je reviendrais dans un coin pareil. Je ris un peu et décide de l'emmerder encore juste un peu et lui balance:

Pour être avec les gens du peuple, comme vous, pardi! J'aime me mêlé à la populace...

J'ai presque honte de l'faire exprès, mais il m'a tendu une perche que je ne pouvais pas laisser passer. C'est vrai qu'à ma manière de lui parler, il est tout à fait probable qu'on ne voit pas que je suis habitué aux bas quartiers et aux bars crasseux. D'ailleurs, je ne le suis plus, ces derniers temps, mais ça ne s'oublie pas. Et là, ça devient une bonne soirée. Une jolie femme apparait et commence à parler. Un ton enfantin, elle veut s'amuser avec l'un de nous, je le sais, et j'ai très envie de tester son jeu. Comme le barman, je suppose, vu qu'il s'empresse de répondre. Par ma chance, il mentionne mon achat, ce qui m'offre une parfaite liaison pour ce que je lui dirai quand il aura fini. J'ai l'une des meilleures bouteilles de ce bar, exactement ce que la belle demande. Puis il lui dit de lui faire confiance, et là, j’interviens:

Ouais, vous lui faites confiance et vous payer, ou vous buvez l'un des meilleurs whisky qui soit, et c'est moi qui l'offre. Maintenant, c'est comme vous voulez, j'peux pas vous forcer...

J'ai peur d'en avoir fait trop, mais peut-être que ça l'amusera, donc ça serait pas si mauvais que ça. Certaines femmes aiment les hommes maladroits en relations sociales. Je n'ai pas coutume de l'être, mais ça m'arrive de temps en temps... Je bois une gorgée de whisky, et regarde la dame. Dieu, faites qu'elle me choisisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarPrisoners

Date d'inscription : 04/09/2012
Messages : 101



Who am i ?
Groupe: Prisoners
Relationship:

MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   Dim 23 Sep - 10:11



Le jeu a commencé…

Et il s’annonce prometteur. Je préfère ne pas répondre au barman maintenant, mieux vaut laisser le temps à l’autre homme de répondre. Un tour chacun, bientôt viendra le mien. Barman et client ont l’air de vouloir jouer, me laissant à la fois le rôle de l’arbitre et de 1er prix de cet « amical » ( ? ) tournois.

Ils attendent tout deux ma réponse, mon verdict, mais il est trop tôt pour arrêter le jeu alors qu’il est à peine commencé. Je regarde longuement le barman, puis tout aussi longuement l’homme assit au bar. Enfin, je prends un siège près du sien et m’installe avec une lenteur calculée sur le tabouret. Je gratifie le client d’un sourire, tandis que mon bras se tend en direction de la bouteille de whisky. J’en verse dans son verre, que je prends ensuite pour boire une petite gorgée à l’endroit même où il a but, un peu plus tôt. L’alcool me brûle la gorge, réchauffant aussitôt ma peau, et mes joues qui prennent une jolie teinte rosée.

Agréable. Mais je serais vexée que l’on m’ôte le plaisir de la comparaison.

Je me tourne vers le barman sans me départir de mon sourire. Il était plutôt mignon, je l’avais déjà remarqué d’autres fois. Le client, lui, semblait plus mature, quoi que… Je ne cherchais pas l'homme de ma vie après tout, et heureusement car le rencontrer dans pareil endroit me semblait compromis. J'avais passé l'âge de croire au Père Noël ! Et le prince charmant ne m'avait jamais attiré, même petite fille. La légende l'avait fait trop mou à mon goût...

Et je serais ravie de comparer avec ce fameux Glenfiddich dont vous venez de me vanter les vertus. ajoutais-je avec amusement

Jouer les arbitres de ce petit affrontement est un moyen comme un autre de passer la soirée. Et puis, peut-être que ce ne sera que le prélude à quelque chose d'autre, on ne sait pas. Une belle amitié ou autre chose. Seul le temps nous le dira. Et le temps m'a appris que, ce qu'il préférait par dessus tout, c'était se montrer capricieux.

Capricieux... comme moi.

Attention, j'espère que votre Glenfiddich vaudra le coup sinon...

Je laisse ma phrase volontairement en suspens.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Asha Jenn Parker
« L'homme est un animal raisonnable. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kiss my Irish ass, and give me an irsh whiskey, please - Nate et Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» THE IRISH WAY OF LIFE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANIMALS ::  :: East Side :: Pubs & Restaurants-