AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sister sister ~ Leah & Blodwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité




MessageSujet: Sister sister ~ Leah & Blodwen   Mer 4 Juil - 14:47

i can't believe it.
you're my Sister.




Elle se promenait dans les rues de Detroit comme si elle était partout chez elle. C’était un peu le sentiment qu’elle avait en réalité, et cela lui venait de cette célébrité qu’elle avait acquis à mesure du temps. Elle était dans l’imagination populaire de Detroit, une des femmes les plus influentes. Elle avait le pouvoir de prévoir l’avenir des gens de cette ville. Elle pouvait les pousser à faire un barbecue, ou préférer un après-midi au Cinéma. Elle pouvait décider des réunions de famille, ou encore faire annuler des spectacles en plein air. Elle était une femme importante pour les gens de cette ville, et elle était persuadée que sans elle et son travail la vie ne serait plus la même. Anarchique le temps serait l’ennemi des gens. Là, il n’était qu’un aléa que quelques personnes bien placés maîtrisés. Elle en faisait partie. Elle était un messager entre les habitants de détroit et le temps. Elle était Miss Météo. Cela faisait deux ans cependant qu’elle travaillait en tant que Miss Météo pour la télévision de Détroit et elle commençait à en avoir assez. Elle voulait plus de responsabilités, elle voulait faire quelque chose de plus excitant. Elle voulait être la présentatrice extravagante et folle d’une émission de télé-réalité. Elle savait qu’un jour elle atteindrait ce but. Alors son image serait sans doute placarder partout dans la ville : sur les murs des hôpitaux, sur les bus, sur les taxi, dans les abris-bus, ou même sur les poubelles. Tous les habitants de Detroit n’auraient que son nom sur les lèvres, et elle pourra enfin goûter aux plaisirs de la véritable célébrité. Peut être que les gens se souviendront alors de son prénom et qu’elle ne sera plus seulement la Miss Météo. Elle l’espérait, elle le désirait même ardemment.

En rêvant de sa nouvelle vie, elle marchait dans les rues de sa ville, tenant en laisse un animal tout à fait étonnant et farfelu qui était presque aussi connue qu’elle aujourd’hui car elle présentait la météo en le laissant tranquillement se promenait sur son dos ou sa tête. Il s’agissait de Gaston : un rat adorable qu’elle avait acheté deux ans plus tôt et qui était presque son meilleur ami. Elle ne se séparait jamais de Gaston, il était avec elle depuis bien trop longtemps à présent et ne pas l’avoir avec elle la rendait presque folle. Il était attendrissant et très chaleureux comme rat, contrairement à la majorité de ses congénères. Et surtout il était aussi moche qu’elle, ce qui la rassurait. Elle était persuadée que le fait d’être laide n’était pas une tare. Sa sœur avait eu toute la beauté de la famille, elle avait eu l’intelligence et surtout l’ambition. Leah n’avait aucune ambition, et la preuve en était que depuis que leurs parents s’étaient séparés Blodwen n’avait pas eu vent de sa petite sœur. Cela ne lui déplaisait pas outre mesure, mais tout de même il s’agissait de sa sœur. Elle pouvait la moquer en lui rappelant qu’elle n’était rien comparait à elle. Sa sœur victoire sur sa petite sœur c’était son pouvoir et sa célébrité. Le second mariage de sa mère avec un des hommes les plus influents de la ville. Voilà ce qui faisait plaisir à Blodwen. Savoir qu’elle réussissait sa vie sous le feu des projecteurs alors que sa sœur pourrissaient dans un quartier infecte de la ville : seule et inconnue. Peut-être pas seule, mais avec ce bon-à-rien qui leur servait de père.

Ainsi quelle ne fut pas la surprise de Blodween lorsque soudainement, au détour d’un magasin de chaussures extrêmement chers, elle reconnut la silhouette de sa petite sœur. Son sang ne fit qu’un tour dans ses veines, et elle se jeta sur la belle incongrue avant de l’emmener avec elle dans une ruelle étroite, en espérant que personne ne les ait vue. Elle jeta Leah contre le mur sans ménagement, et se retourna, mettant ses lunettes de soleil mouche sur le nez en espérant que personne ne l’ait reconnue. Sur ses talons rouges et bleus électrique de quinze centimètres, elle fit volte-face et foudroya sa sœur du regard. « Ca y est, tu m'as retrouvé et tu es venue foutre en l'air ma carrière, tuer mon rat, et copier ma coupe de cheveux pour prendre ma place sous les projecteurs de mon émission ?? C'est cela petite soeur ? Tu ne m'aime donc plus ! Et tous nos bons souvenirs !? Hein ? y pense-tu ? Nos batailles de polochons ! Nos batailles d'eau ! Lorsque j'ai écrasé tes doigts avec mes premiers talons ! Lorsque j'ai mis mon chewing-gum dans tes cheveux ! Lorsque je t'ai fais des moustaches au feutre indélébile et que tu es allée en cours sans t'en rendre compte ! TOUT CELA NE COMPTE PLUS POUR TOI ?! » Elle devenait hystérique, tirant sur ses cheveux blancs et rose. Son maquillage extravagant avait sans doute coulé, et sa robe couleur guimauve aux épaulettes immenses lui sembla soudainement trop lourde. Elle marchait en long et en large devant sa sœur en essayant de remettre ses idées en place. Elle avait attrapé son rat dans ses bras qu’elle caressait comme s’il fut un chat. Il lui semblait même entendre l’animal ronronner. « Tout cela ne peut plus durer Leah. Il est temps que cela cesse. Ta jalousie pour moi à toujours été un fardeaux. Demande moi ce que tu veux petite sœur je te le donnerai. Je te dois bien ca, parce que je t’aime. » Dit-elle en tournant vers Leah un sourire inquiétant, forcé, et superficiel.

Revenir en haut Aller en bas
avatarCitizens

Date d'inscription : 29/05/2012
Messages : 167



Who am i ?
Groupe: Citizens
Relationship:

MessageSujet: Re: Sister sister ~ Leah & Blodwen   Mar 17 Juil - 22:09

Sister sister


Cette sensation de fraicheur sur mon visage me faisait un bien fou. Je me sentais plus légère loin de ces gens qui me donnaient la sensation d’étouffer plus qu’autre chose. Non pas que je n’aimais pas les gens, on contraire. À voir mes réactions face à ma famille et face à leurs opinions qui me faisaient grincer des dents, on peut très bien le comprendre. Par contre, je n’étais pas toujours à l’aise avec les gens, avec leur façon de me regarder. Il y a des moments où j’ai seulement envie de m’enfouir six pieds sous terre et d’y rester. Je vie relativement bien avec cela, mais de temps en temps, j’ai besoin de prendre l’air de m’isoler un brin. Je me promenais dans les rues de Détroit et je me sentais complètement chez moi. Je me sentais beaucoup plus chez moi depuis que j’avais laissé ma sœur et ma mère seules. J’avais mon propre appartement avec mes propres affaires dedans. Ma mère et Blodwen étaient maintenant très loin dans mon esprit. Prendre mes distances, avoir de l’air frais et de l’espace m’a fait du bien. Disons que c’était l’une des choses qui avaient motivé mon départ. Je suis convaincue que ne plus m’avoir dans les pattes leur a autant fait du bien qu’à moi. Je ne pouvais demander plus. Du temps loin de ces traitresses était la seule chose que je pouvais vouloir.

C’est donc avec une humeur plutôt calme que je déambulais sur une grande rue de l’East Side. J’avais beau vivre dans un petit appartement, je pouvais me payer quelques caprices de temps en temps. Je vivais plutôt bien avec mon revenu de serveuse dans un restaurant plutôt réputé du coin. J’étais plutôt jolie donc bon, les pourboires venaient facilement. Je me baladais entre les gens et je me fondais facilement dans la foule. Je portais un manteau de cuir brun chocolat avec un foulard en petit tricot beige, un jean ordinaire, une paire de bottes noires à talons plats et mes cheveux étaient libres sur mes épaules. Banale, voilà de quoi j’avais l’air et c’était ce que je voulais. Je pouvais agir et être comme je le voulais. Maintenant, je ne vivais plus dans cette ambiance pompeuse ou nous devions être parfaites comme ma mère le voulait, mais mon éducation avait laissé des traces. J’avais une posture droite et je gardais la tête haute. J’étais fière et ponctuelle, bien que moins posée et calme qu’avant. Certaines habitudes s’effaçaient peu à peu, mais pour la plupart, tout restait en moi. Selon ma mère, il ne fallait pas répliquer. Je ne me gênais plus pour le faire maintenant. C’était un certain avantage pour moi, on me fichait généralement la paix. On ne cherche pas des noises aux gens qui en imposent en général. Je dois avouer qu’avec l’ambiance du moment, je ne désirais pas avoir plus de problèmes. J’en avais assez à gérer comme ça.

Detroit devenait de moins en moins sécuritaire donc bon, je préférais me tenir loin des ennuis. L’ambiance en ville s’était détériorée à la vitesse grand V et revenir à la maison après le boulot me stressait un brin. Mais bon, je n’avais pas peur de cogner sur une gueule mal placée. Généralement, je ne passais pas mon temps enfermé à la maison, je n’y passais que très peu de temps-là, préférant voguer à droite et à gauche, découvrant le quartier que j’habitais depuis déjà un bout de temps, mais que je ne connaissais pas. Malgré le danger dans la rue, je m’en sortais bien. On ne me cherchait pas de poux. J’étais bien voilà tout. Je ne voyais pas ma famille à l’exception de mon père que j’allais voir en prison pour ne pas le laisser seul. Mes opinions étaient sues de ma famille entière et ils ne l’acceptaient pas. Je le savais très bien, cependant ma mère avait voulu utiliser les grands moyens pour me ramener dans le droit chemin. Le seul résultat obtenu a été mon départ de la maison et un amour renforcé pour mon père. Ma mère me reniait, ma sœur me détestait et mon père n’avait plus que moi. J’avais fait honte à la famille selon ma mère. Foutaise.

Nous étions une famille plutôt aisée à la base, nous avions un avantage dans la vie sur ce point-là. Ma mère avait mis la pression sur mon père pour en avoir toujours plus. Il avait craqué, volé et s’était fait prendre. Elle l’avait remplacé en un mois par un mec que je ne pouvais voir en peinture. L’argent que mon père avait volé n’avait jamais été retrouvé et ma mère en bavait. Cet argent aurait pu m’aider à m’établir quelque part, mais j’allais devoir faire sans. Cette nouvelle était venue en coup de poing dans le visage de ma mère et Blodwen et je n’avais pu que me moquer d’elles. Un nouvel affront de ma part. Non pas que nos différences d’opinion soient nouvelles, mais elles étaient devenues de plus en plus drastiques et dures. Je ne pouvais vivre sous le même toit que des gens en sachant qu’ils étaient prêts à laisser leur famille en prison pour leur confort. C’était absolument ridicule. Je me promenais calmement lorsque j’ai entendu des pas rapidement derrière moi. Probablement un autre banquier pressé. J’ai secoué la tête doucement, voulant faire sortir mes pensées déplaisante de la tête quelques instants. Une main me saisit au vol et me traina vers une ruelle. J’ai rapidement l’accoutrement ridicule de ma sœur qui n’aimait pas passer inaperçue comme moi.

    «Non mais tu vas me lâcher espèce de folle. C’est quoi ton problème»


Ca y est, tu m'as retrouvé et tu es venue foutre en l'air ma carrière, tuer mon rat, et copier ma coupe de cheveux pour prendre ma place sous les projecteurs de mon émission ?? C'est cela petite soeur ? Tu ne m'aime donc plus ! Et tous nos bons souvenirs !? Hein ? y pense-tu ? Nos batailles de polochons ! Nos batailles d'eau ! Lorsque j'ai écrasé tes doigts avec mes premiers talons ! Lorsque j'ai mis mon chewing-gum dans tes cheveux ! Lorsque je t'ai fait des moustaches au feutre indélébile et que tu es allée en cours sans t'en rendre compte ! TOUT CELA NE COMPTE PLUS POUR TOI ?! Tout cela ne peut plus durer Leah. Il est temps que cela cesse. Ta jalousie pour moi a toujours été un fardeau. Demande moi ce que tu veux petite sœur je te le donnerai. Je te dois bien ça, parce que je t’aime.Mes yeux étaient grands ouverts et je ne pouvais croire que nous étions toutes les deux du même sang.

    « T’es gravement atteinte Blod tu devrais consulter. J’en ai rien à foutre de ta carrière, de ta coupe de cheveux moche et de ton rat dégoutant. Maintenant tu me retouches de la sorte et je vais m’assurer que tes talons te rentrent dans le derrière c’est compris ? »


J’ai lancé un regard rapide autour de moi histoire de voir si je pouvais partir de là. Cette folle venait de gâcher ma journée.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Code by Holliday
Leah M. Howe
I want to live, I want to give. I've been a miner for a heart of gold. It's these expressions I never give that keep me searching for a heart of gold. I've been to Hollywood, I've been to Redwood. I crossed the ocean for a heart of gold. I've been in my mind, it's such a fine line that keeps me searching for a heart of gold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sister sister ~ Leah & Blodwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» REE ϟ la meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
» “A best friend is a sister that destiny forgot to give you.” (ft. Cassiopée) [terminé]
» [Ile de Ronapura] Sister Act I : Une soeur appelée à prier
» Hey Sister, do you still believe in love I wonder ? [Ellie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANIMALS ::  :: East Side :: Grande rue-